retour

LES SOEURS DOROTHEE EN COTE D’IVOIRE...

 

En 1985 ...
Le Cardinal  Monseigneur YAGO alors évêque d’ ABIDJAN lors d’un voyage en Italie demande officiellement à la Mère générale une présence de religieuses en Côte d’ Ivoire par souci de l’avenir éducatif des jeunes filles et de la santé de la population.

ALEPE . 1986

C’est la première communauté des sœurs DOROTHEE qui s’installe en Côte d’Ivoire ;
Accueillies par les sœurs Notre dame des Apôtres à MEMNI, les  sœurs DOROHEE se familiarisent avec la  population, ses coutumes ses dialectes, et la langue française en travaillant au centre de santé
C’est en  juillet 1986 que 5 sœurs s’installent en communauté à ALEPE dans des locaux légués par les pères capucins.

sd1

La population constituée de religions et d’ethnies diverses les accueille chaleureusement en leur proposant de les aider ; tout comme les communautés alentour.           
Leur mission première est de se rapprocher des plus démunis ; ainsi elles fondent un foyer d’hébergement et d’étude pour les jeunes filles, animent une école de couture et d’alphabétisation, tandis qu’une des sœurs, médecin oeuvre activement à l’hôpital d’Alépe.
Leur démarrage, outre marqué par un drame communautaire : le décès accidentel de Soeur ILARIA, est particulièrement difficile du fait du peu de moyens dont elles disposent 
Afin de mener à terme leurs objectifs :elles doivent alors tisser un large réseau  relationnel qui leur permet de trouver à la fois des aides financières, du matériel mais aussi le soutien et les appuis nécessaires pour la réalisation de leur projet .

Aujourd’hui la communauté d’ ALEPE leur doit :

les campagnes de vaccination
et de formations communautaires
avec l’aide de bénévoles dans les villages
sd2
sd4
sd5

les campagnes de vaccination et de formations communautaires avec l’aide de bénévoles dans les villages

la construction d’un laboratoire d’analyses médicales en 1990

la création du centre d’éducation sanitaire ( CESDA ) en  1993  qui répond à une forte demande : de soutien nutritionnel, d’information, d’écoute de conseil et de soins en matière de SIDA et de formation sanitaire
la construction de l’église  CHRIST ROI d’ ALEPE (1995)

la rénovation et l’agrandissement de l’hôpital général
d’ALEPE en 2003 avec l’ouverture d’un bloc chirurgical, d’un service de radio et d’échographie ... qui le fait passer de 60 à 120 lits

              
la programmation de la formation continue pour le personnel soignant.
                       

et à travers cette dynamique la création de nombreux emplois ..

Ainsi d’années en années une grande chaîne d’espoir et de solidarité s’est constituée autour de cette communauté enrichie aujourd’hui de jeunes sœurs ivoiriennes, leur charisme, leur faculté d’innovation, d’écoute et de partage au sein de la population permet de mesurer aujourd’hui toute la valeur de leur présence et de leur engagement d’amour en CHRIST pour la mission qui leur avait été confiée il y a 25 ans : « Etre à l’écoute de DIEU pour être à l’écoute de nos frères »

DABRE : 1988

Le 1er octobre 1988 3 sœurs DOROTHEE s’installent à DABRE, seule communauté catholique dans le secteur ;
.Leurs missions sont orientées vers l’enseignement, l’alphabétisation, l’apprentissage de la couture et la vie pastorale ;
Rapidement le Cardinal YAGO demande de construire un foyer pour aider l’école primaire où les enfants de confessions diverses (musulmans, aristes, catholiques..) sont accueillis dès le 1er octobre 1989 ;
Foyer de filles et de garçons, cette école est renommée pour sa qualité d’enseignement en y ayant formé  entre autre des cadres dirigeants ex : un ministre des affaires extérieures.
Il faut sans cesse trouver des sources de financement en impliquant la population dans  l’ingéniosité des moyens pour y parvenir. L’idée étant d’aider sans assister, de donner du sens au travail ex : un terrain à cultiver et de préserver la dignité de chacun : « je tiens à ta dignité plus qu’à la mienne »
Aujourd’hui ,68 enfants sont accueillis chaque année dans le foyer dont la moitié est aidée par le biais de l’adoption.

ANGRE  1997

12 ans après l’arrivée des sœurs DOROTHEE  en Côte d’ Ivoire une réflexion est menée non seulement sur la formation des postulantes dans le pays , mais aussi sur l’importance d’implanter une communauté de référence dans la capitale : ABIDJAN
C’est la raison pour laquelle Mère GRAZIA est missionnée pour ce projet : construire un couvent qui soit un lieu de réflexion spirituelle, de prières  et de  formation  des postulantes ;
Aujourd’hui la présence des sœurs DOROTHEE en Côte d’ IVOIRE est bien réelle : 12 sœurs ivoiriennes y ont déjà prononcé leurs vœux.

sd17

TEMOIGNAGES

Regard de la population et de  leur entourage professionnel sur leur présence depuis 25 ans :

« Ce qui a changé dans ma vie, c’est l’humilité »

« Elle m’ont beaucoup appris sur l’amour du prochain...quand tu vois les  sœurs travailler tu ne peux  pas être insensible à leur compassion.. »

« Elles m’ont appris à ne pas refuser de malades à l’hôpital...., elles ont donné l’exemple du travail bien fait et sans compter ...toutes ces émotions sont restées en moi... »

« Elles ont offert un cadeau à ALEPE : le centre CESDA et l’hôpital »

« Elles nous ont permis de bénéficier de formations ... elles nous ont motivé à mieux travailler et d’enrichir nos connaissances ... »

«  Les sœurs m’ont permis de travailler parmi les miens et ainsi de les aider »

« Elles nous ont toujours soutenues, conseillées  et encouragées dans notre vie professionnelle et familiale ...’ elles sont garantes des valeurs de la famille »

.Elles  ont participé au financement des puits hydrauliques dans les villages. 

« Ce qui me plaît ici, c’est qu’avec les sœurs DOROTHEE le quotidien me séduit, chaque jour ... »

« Grâce à leur présence, beaucoup d’enfants ne sont pas morts »

« C’est une bénédiction de les avoir auprès de nous... !  »

« Ce qui les caractérise : c’est leur joie de vivre, leur simplicité, leur accueil... c’est leur vie de prière , d’adoration  mais aussi d’action et d’engagement envers les plus démunis .... »

«  C’est au cœur même de la population leur volonté de parler la langue de l’amour et du sourire .... »

retour